[Cinéma] Ant-Man

CEU6-9vW0AAjQ8y

Destiné à prendre la suite d’ Avengers 2 et à clôturer la fin de la Phase 2 de l’univers étendu que constituent l’ensemble des films Marvel de ces dernières années, Ant-Man, a débarqué sur nos écrans la semaine dernière.

Scott Lang est plus connu pour ses frasques que ses réussites : cambrioleur renommé pour un gros coup qui lui a valu 3 ans de prison, il a cependant perdu son boulot, sa femme et surtout sa fille. A sa sortie de détention, bien décidé à rattraper le temps perdu, il ne met pas longtemps à replonger pour un coup qui devrait le mettre à l’abri et lui permettre de profiter de sa fille. Il ignore que ce dernier braquage va le mettre en possession d’un costume aux pouvoirs étranges.

A en croire le slogan, « il n’y a pas que la taille qui compte ». S’agirait-il d’une nouvelle orientation pour un film Marvel qui accordait jusque là une grande « uniformité » à ces films, et une grande importance à la puissance brute de ses héros ? Réponse

Ant-Man-New-2015-Marvel-Movie-Images-650x340

Ant-Man est donc le dernier né des studios Disney/Marvel dont le rythme de production exponentiel a le don de m’agacer autant qu’il me lasse et qu’il m’effraie.

Et étonnement Ant-Man s’en sort pourtant très bien, et évite le plus gros défaut des Marvel : la paresse scénaristique. Effectivement notre homme fourmi ne suit pas la ligne directrice habituelle des studios. Un homme plus simple, plus normal, ni Dieux, ni milliardaire, aux préoccupations communes, doit se défendre contre une menace certes énorme, mais qui nous change un peu de l’habituelle fin du monde évitée de justesse.

Le scénario donc nous réveil un peu de la léthargie Marvel, j’exagère à peine en disant que tout change : l’humour bien qu’un peu lourdaud (sans être non plus appuyé ou pas fin) est plus frais que les vannes marrantes mais téléphonées des autres films, le pitch y est plus intimiste sans tomber dans l’excès inverse : le sentimentalisme, et ici, pas de face sombre de notre personnage, comme on à l’habitude d’en voir dans l’ensemble des films de super-héros.

ant

En somme on ressort de la salle avec une impression de fraicheur relativement bienvenue pour le genre, et croyez moi, je suis le premier étonné de me voir écrire ceci !

Il n’en reste pas moins que le film a ses petits défauts, dont le plus gros pour moi, est la façon dont est traitée la communication avec les insectes. Peut-être que cela respecte bien les comics (je ne les ai pas lu, je connaissais même tout juste Ant-Man avant d’entendre parler du film) mais c’est quand même une très grosse ficelle, qui ne colle pas trop avec l’univers Marvel mis en place jusque là (selon moi… hors Gardiens de la Galaxie qui jouent dans une autre cours). Autre petit défaut : malgré ce « renouveau », on n’évite pas les habituels morales et paraboles de films bien pensants, avec les relations familiales principalement ici.

Ant-Man-Paul-Rudd-2015-Images-650x342

Concernant le casting, Paul Rudd est une bonne surprise ! Il incarne à la perfection le trentenaire mi-boulet, paumé, qui veut se reprendre en main et accomplir des choses (waouh ça c’est original… et pourtant ça passe bien ici!). Michael Douglas est convaincant et à la bonne tête pour le rôle du vieux scientifique un peu fou et rebelle mais visionnaire qui passe le relai. Evangeline Lilly fait son job, RAS de son coté. Quand à Corey Stoll, j’avoue avoir un peu de mal avec son interprétation dans The Strain, et il me fait le même effet ici. Il joue bien, mais il lui manque un petit je ne sais quoi pour s’affirmer pleinement. Pour l’équipe de bras cassé amis avec Ant-Man, ils sont les sidekiks rigolos du film, leur présence amène 2 ou 3 vannes marrantes et permettent au film de ne pas trop se prendre au sérieux, ce qui est plutôt cool.

Visuellement parlant, là aussi le film se démarque, les scènes de miniaturisations sont excellentes et carrément dépaysant, et le tout rends très bien, les images impressionnantes se mêlent à l’humour qui est poussé jusque dans le montage (voir la scène du petit train dans la bande-annonce) Les décors en revanche n’ont rien de particulier, on alterne entre des paysages extérieurs standards, et des intérieurs dans la moyenne de ce genre de film : labo froids et ultra sophistiqués… bref rien de transcendant. Petite mention spéciale néanmoins pour la maison de  Michael Douglas qui sent bon la déco 80’s qui à mal vieillie et qui apporte une petite touche rétro parfaite.

Comme à mon habitude, j’ai totalement oublié l’aspect sonore du film dès le clap de fin. Je garde un bon souvenir des effets lors des scènes miniatures, qui apporte encore un peu plus de crédibilité à l’ensemble. Pour ce qui est des musiques, elles collent bien à l’action, ce ne sera pas la BO de l’année, mais l’environnement sonore est cohérent avec le montage, c’est un bon point.

Je finirai en vous recommandant de ne pas partir avant la toute fin du générique puisqu’il comporte 2 scènes cachées. Et, autre habitude de Marvel ; observez bien le caméo de Stan Lee, je l’ai trouvé bien marrant.

ant-man_film_115

Ant-Man est donc une vrai bonne surprise. Totalement indépendant (pour l’instant) des Avengers, le film à pu s’autoriser une atmosphère plus légère qui est relativement bienvenue au milieu du très banal mix magique de Marvel (Superpouvoirs ou super compte en banque + humour agrémenté de sourires Colgate + héros qui fait face à son coté sombre et ses doutes + catastrophe planétaire évitée 2 secondes avant l’impact) : ouf on respire !

Je recommande donc ce film à tout le monde en attendant 2016 avec Deadpool, Suicide Squad et Batman Vs Superman, ou là, pour chacune des écuries Marvel/DC, nous verrons enfin des films de super-héros qui changent des habitudes des 15 dernières années. D’autant que, contrairement aux 3 films sus-cités, Ant-Man est parfaitement visible par tous, petits et grands.

En bref : Ant-Man De : Peyton Reed Avec : Paul Rudd, Michael Douglas… Action, Science-fiction Sortie le : 14/07/2015

Publicités

6 réflexions sur “[Cinéma] Ant-Man

  1. Ah bah tu vois j’ai pas aimé moi. Il y a quelques trouvailles marrantes sur les changements d’échelles et de tailles mais ça fait plus spectre d’Edgar Wright – ce qui sauve d’ailleurs le film – parce que sinon j’trouve ça plat, mal écrit et surtout très mou, même dans les scènes d’actions. Et puis ça raconte rien quoi.

    J'aime

    • Ben… Je suis assez d’accord avec toi.
      Mais deja, ma critique est surtout a mettre au niveau de ce que je pense des films Marvel (tres divertissant, mais 0 innovation, 0 intérêt, 0 prise de risque…) plutot qu’au niveau de mes critiques générales.
      Mou, j’irais pas jusque là… Disons, posé pour un film de super-héros.
      Ne raconte rien : c’est vrai, et d’ailleurs j’ai peut-être un peu abusé du mot « scénario » au détriment du simple « pitch »…
      Plat et mal écrit… Je suis pas trop d’accord pour le coup.
      Pour E.Wright la touche qu’il a laissé est appréciable, mais avec ou sans lui honnêtement je m’en fiche un peu : j’attache plus d’importance au ressenti que j’ai d’une « oeuvre » qu’au nom qui y est attaché.

      J'aime

    • Pour le dernier point : sous entendu : on est pas à l’abris d’une bonne surprise d’un mec médiocre et d’une bonne déception d’un mec qui assure (coucou Cartel (1er truc qui me passe par la tête))

      J'aime

  2. Mouais j’arrive toujours pas à savoir si j’ai aimé ou pas. Déjà j’ai été déçu parce que je n’ai pas pu le voir en VOST mais en VF et pour certaines scènes j’ai l’impression que ça aurait rajouté un peu de comique. Mais bon déjà ça, et puis après l’histoire du Héros qui combat un méchant qui a les mêmes pouvoirs, au bout d’un moment ça saoul. Spiderman, Iron Man, Hulk, etc.. Bref pas besoin d’Ant-Man en plus pour faire pareil. Sinon bon c’était bien pour se détendre, mais des fois les blagues étaient un peu lourdes et les comiques de situations ratés. Mais déjà j’en suis satisfait car il a apporté quelque chose de plus que ce à quoi je m’attendais en allant le voir: Il m’a fait aimé Ant-Man. Car ne le connaissant pas du tout, j’avais peur qu’il soit mal introduit dans l’univers ou que je n’aime tout simplement pas ce personnage qui je trouve un peu incohérent, mais finalement ça va. (Sinon: SPOILER, je trouve que c’est pas du tout crédible leur rétrécissement à l’infini, car leur méthode est de réduire l’espace entre les cellules pour rétrécir, mais donc c’est pas possible par définition qu’ils devienne plus petit qu’une cellule… Tout en gardant ses propres cellules. Il est forcément désintégré ou quelque chose du genre, mais bon OK c’est un film, mais c’est Marvel et d’habitude ils apportent quand même des explications à tout pour que ça soit crédible. Sinon très bien ta critique, un plaisir de la lire 😉 Merci à toi. Et oui aussi je trouve l’aspect communication avec les fourmis très bizarre… A peine expliqué en 20 secondes et c’est tout, j’ai pas trop aimé.

    J'aime

    • Pour l’histoire des ennemis aux mêmes pouvoir, si c’est comme ça dans les comics (je ne connais que ceux de Spider-Man et c’est la cas) on ne peut pas trop s’en prendre au film…
      Pour le reste je suis assez d’accord avec toi 😉 (sauf que j’ai trouvé le traitement du la taille sub-atomique, certes grossier, mais interessant)

      J'aime

  3. A reblogué ceci sur PlayMultiplayeret a ajouté:
    Pas vu mais il a l’air plutôt bien!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s