[Cinéma] James Bond 007 Spectre

007spectre

Avec quelques jours de retards, voici mon retour sur le dernier film consacré à M. James Bond :
Mardi 9 Novembre se déroulaient les avant-premières « classiques » de James Bond 007 – Spectre. Fan de l’ère Craig j’attendais impatiemment ce film et j’en ai donc profité pour ne pas louper le rendez-vous avec l’espion britannique le plus célèbre de sa majesté.

Spectre clôture l’arc scénaristique entamé avec Daniel Craig en 2006 à l’occasion de Casino Royale. L’opus de 2015 parvient-il à surpasser l’acclamé Skyfall et à terminer en beauté ? Réponse :

007spectre1

Alors que le MI6 peine à se relever de ses blessures suite à la mort de M et à l’explosion de son siège au cœur de Londres, Max Denbigh, le nouveau directeur du Centre pour la Sécurité Nationale, souhaitant moderniser et connecter les services secrets, remet en cause les actions de Bond et l’existence même du MI6, dirigé par le nouveau M.

James Bond continue à outrepasser ses ordres afin de poursuivre sa quête de vengeance. Agissant désormais seul ou presque, et pour son propre compte, après avoir déjoué une attaque à Mexico, les terroristes le mènent sur les traces d’une organisation criminelle projetant divers attentats visants à mettre discrètement à genoux plusieurs nations.

007spectre2

D’un point de vue scénaristique, outre le fait de dérouler l’épilogue et point d’orgue des 3 précédents films, Spectre nous dresse deux histoires savamment imbriquées entres-elles : d’une part la traque de l’organisation Spectre, et d’autre part le remaniement des services de défense britannique ({{spoiler à surligner : qui s’avéreront 2 choses liées}}) ce qui donne lieu à une intrigue croisée paradoxalement très facile à suivre.

Il est intéressant de noter que, si Spectre se veut comme la clôture de la tétralogie Craig (en terme de scénario et de cycle – je ne dis pas par-là que l’acteur va changer, bien au contraire) le film fait quasiment l’impasse sur Quantum of Solace alors qu’il multiplie les références au 1er et 3ème film. Comme s’il reniait celui qui est considéré comme le « moins bon » de ces derniers 007. Dommage car, ayant revu les films ce mois-ci, il n’est finalement pas si mal que cela, et j’y vois un certain manque de respect de la part de Sam Mendes…

Comme à son habitude, le personnage issu de l’imagination de Ian Fleming a la bougeotte, et ses pérégrinations nous mènent cette fois-ci tout d’abord dans les ruelles bondées de Mexico avant de filer dans une station hivernale Autrichienne, au cœur de Rome, puis au Maroc, sans oublier Londres bien entendu.

Ces destinations m’ont paru moins glamour et exotiques que lors des précédents longs-métrages, autant dans leur choix que dans leur qualité photographique légèrement en deçà de ce à quoi la franchise nous avait habitué. On retrouve de certes jolis plans, mais peu de choses de mémorables côté paysages.

Tant que nous sommes sur la qualité technique, le grain est très présent à l’écran mais ne gêne en rien la lisibilité de l’image. Outre le fait de nous rappeler l’image de Casino Royale, elle, extrêmement granuleuse, il s’agi sans doute d’une sorte de clin d’œil aux origines de la saga, débutée il y a désormais plus de 53 ans.

Les scènes d’actions se veulent bien plus présentes que dans Skyfall ou Casino Royale, et, si son scénario est moins alambiqué et fumeux, cet opus se rapproche d’avantage de Quantum of Solace sur le point de l’action.

Comme à l’habitude de la saga, le film commence par une très longue séquence d’introduction qui nous met tout de suite dans le bain. Alternant filature, sensualité, fusillade, explosion et cascades aériennes, cette séquence se déroulant en pleine foule en impose méchamment.

Bien que toujours au top du réalisme grâce à des cascades réelles et impressionnantes, les scènes d’actions font, pour la première fois avec Daniel Craig, un petit peu « too much » notamment grâce à 2-3 facilités plus dignes d’un Die Hard que d’un James Bond {{ spoiler : je pense notamment à l’explosion du 1er 4×4 dans la scène ou l’avion de 007 poursuit 3 véhicules : se planter dans la seule bonbonne de gaz sur une route de forêt enneigée de plusieurs kilomètres c’est vraiment pas de bol, RIP au conducteur}}

Il en va de même pour l’humour. Effectivement, 80% des traits d’humour du film sont très bons et fins, mais certaines vannes sont plus appuyées qu’à l’habitude pour la saga… Comme {{ spoiler : la seule et unique ligne de dialogue de Dave Bautista, clairement de trop avec son « oh merde » pré-mortem}} ou encore {{ spoiler : lorsque Bond donne son costume à faire repasser au steward du train, ou je me suis imaginé la réponse de celui-ci « non moi je contrôle juste les billets »}}^^.

Coté casting nous retrouvons notre Bond Blond en la personne de Daniel Craig, toujours aussi flegmatique et renfermé, il incarne avec classe et décontraction les côtés les plus sombres de l’agent secret glamour, qui, plus que jamais, se défini comme un assassin et non un espion.

A ses côtés évolue un M flambant neuf campé par Ralf Fiennes, qui réussi à reprendre à merveille le flambeau après la mythique Judith Dench.

Il en va de même pour le jeune Q qui ici voit son rôle mis en avant, ce qui n’est pas un mal vu le potentiel humoristique du personnage incarné par Ben Whishaw.

Du côté des nécessaires James Bond Girls, 3 femmes se disputent l’affiche :

Naomie Harris déjà présente dans Skyfall, campe désormais le rôle de Miss Moneypenny, assistante de M. Elle joue à merveille la fausse ingénue éprise inconsciemment de Bond.

Monica Bellucci elle, est … absente et ma foi peu utile. L’actrice définissait son personnage, Lucia Sciarra, comme une « James Bond Lady » plus qu’une « James Bond Girl » de par son âge, mais personnellement je la vois bien plus comme une « James Bond [plan] Q » pardonnez-moi l’expression crue, mais elle la seule femme de ce long métrage à incarner ce que l’ancienne M reprochait à James : son machisme et sa faible considération des femmes qu’il voit comme des jouets plus que des humaines.

A l’inverse Léa Seydoux campe un personnage bien plus intéressant et terre à terre, loin des clichés des potiches qui craquent au 1er regard pour l’espion. Elle représente d’ailleurs, si je ne m’abuse, le 2ème amour de Bond derrière la magnétique Vesper Lynd. Il n’en reste pas moins que la jeune française s’impose sans soucis dans ce monde machiste, et ce, à quelques petites exceptions près, sans clichés nunuches.

Finissons en beauté avec les « méchants » de cet opus :

Dave Bautista, l’ex catcheur continu son petit bonhomme de chemin devant les caméras, et nous livre une prestation forte honorable … à une réplique près.

Quant au terrible Oberhauser, incarné par l’étonnant Christoph Waltz… C’est la douche froide… surement dûe à une trop grande attente causée par les bandes annonces. Waltz nous livre ici une de ses plus banales performances. Sans être mauvais, il joue ici un petit personnage mesquin et revanchard qui au final parait plus ridicule que puissant, ce qui fait légèrement battre de l’aile tout le concept du film sensé nous apporter le grand méchant de la tétralogie…

Enfin, concernant la bande son, elle est relativement qualitative et s’accorde parfaitement à l’action du film. James Bond oblige, un grand soin a été apporté au générique d’introduction et à son fond sonore.

Cette année c’est, pour le plus grand malheur des fans, Sam Smith qui s’y colle, avec une performance vocale assez remarquable, notamment dans sa montée dans les aigus. Au final la musique est parfaite à mon goût et signe la meilleure de la tétralogie Craig, devant la finalement soûlante  Skyfall et bien meilleure que celles des 2 premiers films.

Il en va d’ailleurs de même pour le design de ce générique, qui s’il n’est pas aussi original que celui de Casino Royale, rivalise avec la classe et la mélancolie de celui de Skyfall.

007 spectre 8

En somme Spectre est un excellent opus, il use certes peut-être plus de facilités scénaristiques et visuelles que ses prédécesseurs, et son méchant n’est peut-être pas suffisamment à la hauteur, mais il n’en reste pas moins que l’ensemble dégage une classe et un charisme que seul un James Bond peut nous imposer.

Je recommande vivement ce film à tous les adeptes de la saga 007 sous Daniel Craig, et plus globalement à tous les fans de l’espion britannique, qui verront dans cet opus un certains nombre de références à l’univers passé de l’espion.
En revanche, je ne saurai que recommander aux neophytes d’avoir vu les 3 précédents films pour se lancer dans celui-ci, car même si cela n’est pas imposé, il le faut pour saisir tous les tenants et aboutissants du scenario de Spectre.

En bref :
007 James Bond : Spectre
Sortie le 10/10/2015
De : Sam Mendes
Avec : Daniel Craig, Ralph Fiennes, Léa Seydoux…
Action, Espionnage
Sortie en DVD et Blu-Ray en Mars 2016

Publicités

10 réflexions sur “[Cinéma] James Bond 007 Spectre

  1. Mon fils l’a trouvé trop long !

    J'aime

  2. J’ai lu que tu avais trouvé les destinations moins « exotiques ». Tanger, Mexico … Ce nouveau James Bond ne manquait pas d’arguments pourtant ! 😛

    Tu as eu raison de prendre cette précaution : il semblerait bien que le contrat de Daniel Craig comprenne 5 films différents. Il reste encore un film à concrétiser avant de changer, peut-être, d’avatar.

    J'aime

    • Ben je ne saurais plus citer les destinations de Casino Royale ou de Quantum of Solace, ni de ceux de P.Brosnan, mais c’était un petit plus « carte postale », après je ne vois pas ça comme une critique, juste un constat. Et par rapport à Skyfall c’est sur que c’est tout de même plus exotique^^

      Pour le contrat je fait plus que « prendre des précautions » je l’affirme haut et fort!
      Non seulement son contrat comprends 5 épisodes, et ce depuis avant Skyfall il me semble.
      Mais en plus Daniel Craig a dit « je continuerai tant que j’en serai physiquement capable ».
      Et la directrice de casting a dit « Craig est formidable, et nous continuerons a travailler avec tant qu’il le souhaitera »
      Alors certes ce ne sont que des paroles, mais toutes ces rumeurs sur « le prochain James Bond » me font bien sourire.

      J'aime

  3. Belel critique de Spectre :3

    J'aime

  4. Belle critique de Spectre :3

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s