[Cinéma] The Nice Guys

the nice guys (6)

Cette semaine j’ai pu découvrir en avant-première, dans une salle relativement déserte The Nice Guys, une comédie sur fonds d’enquête 70’s, dirigée par Shane Black, le papa d’Iron-Man 3 et emmenée par le surprenant duo Ryan « muet » Gosling et Russell « Gladiator » Crowe.

Ce film est présenté Hors-Compétition au Festival de Cannes 2016.

Dans la catégorie des films policiers-comiques portées par un duo à l’amour-vache, The Nice Guys réussi-t-elle à se démarquer suffisamment pour ne pas proposer un énième divertissement bas de front à l’humour lourd ? Sans aucun doute ! 

the nice guys

The Nice Guys c’est tout d’abord l’histoire d’Amélia, une jeune fille qui, se sachant traquée, embauche Healy, un homme de main, pour s’occuper de ses potentiels agresseurs. Il va alors rencontrer Holland March, détective privé chargé de retrouver cette Amélia justement déclarée disparue…

Après un … léger  et douloureux malentendu entre les deux hommes, ils décident d’un commun accord d’unir leurs compétences afin de partir à la recherche de la jeune femme.

Ils vont alors se retrouver mêler à bien plus gros que ce que leur quotidien ne les habitue, en se faisant promener entre les fêtes de playboy pornographes, les bureaux de politiques et les manifestations anti-pollution…

the nice guys (2)

The Nice Guys profite donc d’une intrigue qui, si elle semble simple à la base, devient volontairement un sac de noeuds mélangeant de manière totalement loufoque mais habile, une « banale » histoire de disparition, un scandale écologique, les enjeux de l’industrie pornographique et automobile, le poids et la toute-puissance de certains lobbys et un soupçon de politique, le tout dans l’univers psychédélique et totalement décomplexé du Hollywood des seventies.

Le scénario navigue donc entre thriller au ton léger mais aux arguments solides, et comédie (im)mature sur fonds d’ambiance années folles. Du très bon. On remarquera une petite ressemblance avec certaines productions de David O. Russell, notamment avec son American Bluff cependant bien plus poussif et ennuyant que ce The Nice Guys.

the nice guys (5)

La réalisation est aux petits oignons, le rythme est soutenu et les vannes volontairement foireuses s’enchainent à la même vitesse que les coups de poings de Healy, la direction artistique est digne d’une carte postale de l’époque, les décors et costumes d’époques, bien flashy nous plongeant directement dans le bain de ces années mélangeant hippies et bling bling avec une étrange aura. Des lotissements huppés aux villas des magnats de l’industrie, le film nous sert une palette assez diverses des paysages de la cité des anges.

L’ensemble se trouve rehaussé par l’usage de filtres rendant honneurs aux images d’époque : grain et colorimétrie tirant sur le jaune/orange.

the nice guys (4)

Coté casting, le duo principal envoie du lourd :

Le beau gosse Ryan Gosling tient ici le rôle de Holland March, rôle le plus bavard de sa vie, représentant certainement pas loin de 50% des lignes de dialogues de sa carrière. Blague à part il incarne à merveille le détective privé gaffeur, escroc, alcoolique, désabusé, père à la ramasse, mais ayant toujours le mot pour rire. Gosling démontre ici un potentiel méconnu pour la comédie, et ajoute donc une corde à son arc.

Un peu mauviette sur les bords il se cache derrière Jackson Healy incarné par un Russel Crowe bien balèze qui a dû prendre 20kg de muscles ventre à bière pour son rôle ! Ce dernier est tout aussi savoureux que son compère dans le rôle d’un homme de main un peu honteux de son gagne-pain. Si son talent n’était pas à remettre en question, il vient tout de même le réaffirmer dans un rôle décalé, après quelques années de choix « faciles » dans sa filmographie.

A leur côté évoluent toute une palette de personnages hauts en couleurs, au potentiel divertissant assuré, mais pas assez marquant pour être cités.

Notons tout de même le jeune Holly incarnée par Angourie Rice et aperçue dans le sympathique Final Hours, qui réussit à contrebalancer le côté trash du film. Une gamine qui tient un rôle pas si énervant que ça, certains réalisateurs devraient s’en inspirer (coucou Tonton Spielberg).

the nice guys (1)

La bande son, à l’image de la direction artistique, est tout autant inspirée de l’époque dans lequel baigne le long métrage. Entre Kool & The Gang et les Bee-Gees on trouve un paquet de bons morceaux bien pêchus et groovies qui ne tombent jamais dans le kitch.

the nice guys (3)

Pour résumer, The Nice Guys est donc une comédie franchement marrante, qui nous fait suivre un duo atypique mais terriblement attachant sur une enquête pas si bête que ça.

Pour les plus jeunes, l’industrie pornographique y est traitée de manière légère et évite les lourdeurs du genre tout en abordant les côtés déplaisants de la chose, et les quelques scènes de violence ne sont en revanche pas franchement édulcorées, il faut donc noter qu’il ne s’agit pas d’une comédie familiale… En revanche, passé cet avertissement, je recommande très fortement ce film vraiment excellent.

Entre situations cocasses, humour absurde et réalisation old-school, The Nice Guys est un vrai moment de plaisir cinématographique.

Enfin, bonne nouvelle (?), si le succès est au rendez-vous, la suite est déjà annoncée !

En bref :

The Nice Guys

De : Shane Black

Avec : Ryan Gosling, Russell Crowe…

Sortie 18/05/2016

Comédie, policier

Publicités

5 réflexions sur “[Cinéma] The Nice Guys

  1. Merci pour le partage, bises.

    J'aime

  2. Très bon article qui confirme bien ce que je pensais de ce film… qu’il faut que j’aille le voir absolument !!!! 🙂 La bande annonce était vraiment accrocheuse et comme tu l’as dis Crowe et Gosling sont dans des rôles à contre emplois qui m’intéresse vraiment. L’humour que tu dépeints et que l’on voit dans les bandes annonces est tout ce que j’aime 🙂
    Merci en tout cas pour ce bon article qui me donne envie d’aller au cinéma 😉

    (je fais le relou mais Shane Black n’est pas à l’origine de Iron man 1 et 2… c’est Jon Favreau :p toutefois, il est bien derrière Iron man 3 ! Et surtout derrière Kiss Kiss Bang Bang dont The Nice Guys semble être bien dans la même lignée et ça fait plaisir 🙂 Je te conseil d’ailleurs Kiss Kiss Bang Bang si tu ne l’as pas vu cela devrait te plaire je pense 😉 Enfin voilà je ferme la parenthèse 😀 Encore merci pour ton article !)

    J'aime

    • Merci ! 🙂
      Oui le film est vraiment porté par le duo ! Ils sont excellents. La bande annonce est bien à l’image du film.

      Oh boulet pour Shane Black : merci de la correction, je vais modifier ca de suite. Pour Kiss Kiss Bang Bang, ouais je sais que c’est lui mais ne l’ayant pas vu j’ai pas voulu citer. Mais je le regarderai à l’occaz 🙂

      Merci pour les compliments !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s