[Jeux – PS4] The Order : 1886

the-order-1886-jaquette-ME3050266139_2

The Order 1886 nous emporte dans une Londres alternative du XIXème siècle ou époque victorienne et inventions steampunk se mêlent habilement.
C’est dans ce contexte qu’évoluent les chevaliers de l’Ordre, une organisation multi-centenaire chargée de maintenir la paix entre les humains et les hybrides au nom de sa majesté la reine d’Angleterre.

Nous incarnons Galahad, chevalier vétéran ayant manifestement quelques siècles au compteur, état possible grâce à l’eau noire, le sang du Christ trouvé dans le Graal, qui confère à ses consommateurs « santé et jeunesse éternelle ».

The Order : 1886 est un très bon jeu d’aventure solo qui bénéficient d’une direction artistique incroyable, mais qui souffre d’une durée de vie minimale et d’une rejouabilité peu intéressante.

Le jeu attaque fort, mais, si présenter dès la scène d’ouverture une histoire de trahison interne suivi d’un flash-back permet de poser l’ambiance, c’est aussi très présomptueux, surtout à l’heure où cet artifice scénaristique est relativement courant* pour donner un peu de profondeur à une œuvre, et amener plus facilement un twist final qui n’a plus rien d’inattendu…
(*Night-Run, plusieurs épisodes de la série Castle, la peur au ventre… Sont autant d’œuvre utilisant le flash-back pour dérouler leurs histoires)

The Order: 1886_20120229165757
Cependant le scénario bien que finalement peu original tient le route et se laisse agréablement suivre du début à la fin, et ce, sans longueur.
La personnalité de chaque personnage est plutôt bien travaillée et rencontrer quelques figures historiques telles que N.Tesla ou encore le marquis de Lafayette est assez intéressant.
Il n’en reste en revanche pas moins dommage d’avoir si peu exploité les hybrides au profit d’ennemis humains.

Graphiquement, malgré quelques éléments à la traine, le jeu est somptueux. On ressent l’évolution qui s’est opérée depuis le lancement de la PS4, entre inFamous Second Son, qui faisait figure de vitrine technologique en février 2014, et The Order 1886, qui quasiment 1an plus tard jour pour jour se montre infiniment plus fin. Les textures respirent le réalisme, les éléments de décors sont magnifique, et le seul brouillard qui viendrait flouter l’horizon est celui qui s’élève des cheminées ou autres machines à vapeur. Jamais cuir, bois, métal, pierre et sang n’auront parus si réel dans une œuvre vidéo-ludique. Certes on peut trouver des points à améliorer, comme les textures qui mettent un certain temps à charger, mais globalement on tient là un des plus beaux jeux console sorti à ce jour. A noter également (mais vous le constaterez via les visuels, que le jeu est très sombre, je recommande fortement d’y jouer dans le noir)

The Order: 1886_20150218152417
Le jeu n’en reste pas moins un TPS couloir très scripté.
On ressent effectivement l’héritage (si j’ose dire, ou plutôt la rivalité) de Gears of War dans les déplacements et les fusillades, notamment avec la progression de couverture en couverture.
Lors des séquences d’exploration, l’environnement certes vivant ne réagit pas à la présence de notre chevalier. Il n’est pas rare de se rendre compte que les PNJ ne voient pas notre personnage alors même qu’il est posé juste sous leur nez… Ce qui se révèle assez gênant quand par exemple on se pose à côté d’un individu ayant frappé à mort un autre, et que celui-ci cherche à se faire discret alors même qu’on l’observe depuis 5 minutes.

Les gun-fights sont nerveux et rythmés. Les ennemis se montrent relativement agressifs (en mode difficile) et n’hésitent pas à tirer à l’aveugle depuis leurs couvertures, ou à venir nous déloger de la nôtre.
Les combats contre les hybrides, sont eux en revanche moins qualitatifs et se divisent en 2 types : ceux contre un ennemi puissant ou le combat se résume à une séquence de QTE, et ceux contre plusieurs « petits » hybrides ou la séquence de shoot est relativement peu inspiré et nécessite uniquement d’alterner esquive et tir. Dommage pour le potentiel que dégageaient ces hybrides.

Le côté immersif quant à lui perd un peu de sa superbe lors de la gestion de l’alternance des phases actions / explorations. Effectivement lors de ces dernières notre personnage n’a pas la possibilité de sortir son arme, et se déplace de manière bien plus lente. Forcément le suspens s’effondre un peu quand après 10 minutes de recherche la musique s’emballe et notre personnage dégaine tout seul.

En parlant de musique, The Order est bercé d’œuvres symphoniques mélancoliques renforçant d’une belle manière l’ambiance propre à cette uchronie.
Les doublages français sont de bonne facture, on sent que chaque acteur s’est impliqué dans son rôle sans en faire des tonnes, c’est fort appréciable! Bien entendu les retours sur la VO sont élogieux, notamment pour le marquis de Lafayette et ses expressions « en français dans le texte ».

The Order: 1886_20150219164749
Venons-en au point le plus fâcheux du jeu : sa durée de vie. J’ai personnellement terminé le jeu en mode difficile en environ 6 heures, et j’en ai mis 4 de plus pour en faire le tour et boucler le trophée platine.
Même si les 6 heures de solo commencent à devenir une norme dans les shooter FPS/TPS, l’absence de multijoueur (qui est cependant tout à fait compréhensible) et la rejouabilité très limitée du titre rendent le tout un peu maigre.
D’autant que sur les 16 chapitres qui constituent l’aventure, seuls 9 sont réellement jouables, les autres étant en fait des cinématiques plus ou moins interactives.

Puisque nous parlons d’interactivité concluons sur les QTE, qui, il est vrai, sont assez nombreux dans The Order, et qui ont déplus à certains.
Cette critique n’est à mon sens pas fondée puisqu’ils sont relativement bien intégrés dans les scènes dans lesquelles ils interviennent, et les indications à l’écran sont discrètes et sobres, ce qui est pour moi le minimum pour qu’un QTE ne vienne pas gâcher l’immersion.

order_1866_image001
Sony, Santa Monica et Ready at Down signent donc ici un soft à la qualité indéniable, dont les défauts de jeunesse seront sans aucun doute effacés dans une suite plus que probable.  La PlayStation 4 se dote donc d’une nouvelle franchise au potentiel certain : affaire à suivre!

Acheter maintenant The Order : 1886 sur PS4 en version simple, limitée ou collector sur Amazon.fr

En bref :

The Order : 1886
PlayStation 4
Action – Shooter – TPS
Sorti le 20/02/2015
69,99€

Publicités

2 réflexions sur “[Jeux – PS4] The Order : 1886

  1. Personnellement, je n’ai pas aimé. Direction artistique superbe, certes, mais pour un jeu cinématographique « à histoire », je trouve justement que l’histoire n’est pas suffisamment bien écrite (ou originale). Dommage. Mais il est vrai qu’il y a du potentiel. On espère tous une suite d’un tout autre calibre !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s