[Cinéma] Deadpool

deadp

Ce soir c’est burritos les amis : le Super-Héros le moins recommandable de l’univers Marvel débarque au cinéma et s’en va nous compter sa genèse !

J’ai pu assister à une avant première hier soir, et pour ne pas y aller par quatre chemins, j’ai passé 2 petites heures de jouissance interne. La Fox ajoute une nouvelle corde à son arc en ajoutant à l’univers X-Men le déjanté Deadpool. Alors, réel coup de pied dans la fourmilière des répétitifs films de super-héros ou énième adaptation hollywoodienne sans âme ? Réponse :

deadpf

Wade Wilson n’est pas très en forme ; effectivement cet ancien des forces spéciales reconverti en petit mercenaire indépendant vient de se faire diagnostiquer un cancer quasi généralisé en phase terminale.

Faute d’autre solutions, il accepte alors une expérimentation militaire, qui va faire de lui … Deadpool, un mutant violent et schizophrène au pouvoir auto-régénérateur, bien décidé à botter le cul de celui qui a fait de sa vie un enfer.

Deadpool est donc une nouvelle itération de Marvel, mais, qui grâce à son appartenance à l’univers X-Men débarque chez la 20thFox Century, et non chez Disney (chez qui il n’aurait de toute façon jamais vu le jour vu le caractère immoral du personnage).

S’il avait déjà été aperçu en 2009 dans le film X-Men Origins : Wolverine, le film de cette année est une réécriture du personnage, voulue par l’acteur Ryan Reynolds lui-même afin de faire oublier cette mauvaise apparition.

deadpool-wade-wilson

On trouve donc à la réalisation Tim Miller qui nous sert ici son 1er film en tant que réalisateur. Il est épaulé par les scénaristes de Bienvenue à Zombieland et Monstres & Cie, alléchant sur le papier…

…Mais pas que : effectivement Deadpool s’avère être un joyeux bordel d’humour noir, d’actions, de références pop-culture et bien sûr de violence, de vulgarité, de bêtise et d’immoralité, et cela fonctionne très bien.

Deadp3nseImmenseHairstreakbutterfly

Le scenario est certes un peu gnian-gnian mais pas moins efficace ; on découvre Deadpool, tueur costumé et surpuissant, qui s’adresse directement à l’humble spectateur que je suis (et que vous serez, car vous devez aller voir ce film :p) et me raconte comment il en est arrivé à se déguiser de la sorte et à embrocher à tour de bras des bad-guys au bout de ses katanas.

Une origine story donc, racontée sous forme de flash-backs à la façon père-castor. Original !

La présence des X-Men Collossus et Negasonic est un point relativement sympathique pour le film, entre l’ado boudeuse mais attachante et l’homme de fer d’Europe de l’Est, la casting gagne encore un peu en originalité.

Les personnages sont un peu (beaucoup ?) caricaturaux, et certaines scènes trainent en longueur. Effectivement, par exemple, bien que revisitée à la sauce pervers, obsédé, le film nous sert la sempiternelle histoire d’amour, avec son lot de romantisme, de déception, de nostalgie et de moments pleins d’émotions (si si, même Deadpool est manifestement capable de cela…).

Mais cela n’enlève pas au film, relativement court par ailleurs (1h48) son dynamisme et sa « fraicheur » (mot assez peu adapté à notre héros du jour ceci-dit).

A noter également que je conseil fortement au futur spectateur que toi lecteur, tu seras, de bien t’accrocher à ton siège et d’être très attentif ! Effectivement une avalanche sans précédents de références, d’easter eggs et autres clins d’oeils divers va s’abbattre sur toi, et ce, dès le génialissime générique d’ouverture ! Bonne chance pour tous les retrouver.

Techniquement le film s’en sort haut la main. Il a déjà le très bon goût de se passer de 3D et de scènes cataclysmiques comme nous ont habitués absolument tous les films Marvel (ne vous attendez pas à voir une ville se faire raser ici).

Il est également filmé un peu à la manière d’un clip ; les séquences s’enchaînent rapidement sans pour autant nous donner la nausée, et nous offrent des angles de vues délicieux, accompagnés pendant les chorégraphies de combats, de ralentis utilisés juste ce qu’il faut pour ne pas être indigeste.

L’image est nette et belle sans jamais faiblir, et les couleurs, que l’on aurait pu s’attendre à voir plus saturées que cela, collent parfaitement à l’univers du dégénéré.

Deadp1GoodImpartialFox

Coté casting nous trouvons donc en haut de l’affiche Ryan Reynolds, qui enfile donc pour la deuxième fois, et cette fois de manière totalement assumée et décomplexée le costume en lycra rouge moulant de Deadpool. Il joue à la perfection le rôle du mercenaire, et on le sent parfaitement dans son élément… il faut dire, que, étant à lui seul à l’origine du projet, il aurait été étonnant de le voir ne pas trop s’impliquer dans son personnage… Petit bémol pour son doublage, qui bien que très correct et absolument pas censuré, m’a semblé ne pas trop coller au personnage.

A ses cotés la belle Morena Baccarin, déjà aperçue dans les séries Homeland et Gotham (elle joue donc chez DC et Marvel en même temps) incarne Vanessa, la petite copine de Wade Wilson. Tout aussi délurée que son amant, l’actrice, sans nécessairement tirer son épingle du jeu apporte un côté pétillant fort bienvenue au film.

Autre tête connue des amateurs de séries, Ed Skrein, acteur de la saison 3 du Trône de Fer et 1er rôle du reboot de la saga Le Transporteur joue ici Ajax, un des super-vilains du film. Il joue ici très bien l’absence de sentiments de son personnage, et réussi à lui insuffler juste ce qu’il faut de méchanceté, de colère, mais aussi de professionnalisme, pour ne pas tomber dans le sûr-jeu : très bien.

Peu de chose à dire sur le reste du casting, qui nous fait bien rire avec une galerie de personnage haute en couleur, si ce n’est que je ne me fait définitivement pas à la carrure de camion-benne de Gina Carano :p

deadpoiuhg

La bande-son du film nous transporte entre les années 1980 et 2000, sorte de compilations cassette des meilleurs hits de Rap et de funk de ces années, une petite merveille dans la droite lignée des Gardiens de la Galaxie (pas aussi top quand même), qui est, à mon goût, un poil sous-exploitée.

Le doublage ne nous épargne aucune vanne vaseuse et c’est tant mieux !

Deadp2iscreteDirtyBuffalo

Deadpool malgré un budget « très » réduit de 50 millions de $ (250 pour Avengers, 200 pour Green Lantern, à titre de comparaison) a énormément joué sur sa campagne marketing et sur le fait que le personnage ignore purement et simplement le 4ème mur.

Effectivement Deadpool a passé l’année 2015 à poster des vidéos ou il s’adresse directement à son public. Manifestement avide de réseaux sociaux, il s’est aussi beaucoup amusé à partager ses méfaits, notamment en parodiant l’actualité cinématographique, et en allant jusqu’à vandaliser les campagnes promotionnelles de ses concurrents !

De ce point de vue-là. 2 avis peuvent émerger.

J’ai personnellement bien apprécié cette approche de la publicité, car, même si la campagne a comporté son lot de bande annonces (au nombre de 2, vraiment excellentes) et de spot TV (que j’ai en revanche ignoré pour éviter de trop en découvrir sur le film), elle s’est aussi accompagnée d’un monticule de vidéos et d’images n’ayant rien à voir avec les scènes ou le scénario du film, et présentant simplement Deadpool faisant le pitre devant l’objectif pour une raison ou une autre, ce qui constitue un bon nombre de « bonus » ne dévoilant rien du film.

Mais il saute alors aux yeux que le film, est relativement prétentieux, notamment sur son approche du film de super-héros, qui se veut finalement assez classique, surtout après un Wolverine ou même un Hancock. Même s’il va beaaaaaaucoup plus loin que ces 2 exemples en terme de transgression, il n’est pas LE film novateur qu’il annonçait être, en matière d’immoralité en tout cas. Mais n’est-ce pas volontaire ? Une façon de casser encore un peu plus le 4ème mur et de présenter cette prétention comme celle du personnage et non celle de la réalisation ? Génie 🙂 ?

deadpool-movie

Conclusion ? Le film est un énorme n’importe quoi, très vulgaire, assez violent, mais surtout très drôle pour qui acceptera les deux points précédents. C’est un très bon film de super-héros, et une excellente comédie potache saupoudrée de sang et de tripes.

Je n’avais jusque-là jamais vu autant de monde rire à ce point dans une salle de cinéma, et personnellement, une vanne m’a carrément arrachée des larmes de rires (oui j’assume être bon public).

Si vous êtes assez ouvert à l’humour lourdaud, peu sensible des oreilles, et amateur (de près ou de loin) des blockbusters à base de collants moulants et supers pouvoirs, alors je pense sincèrement que dans le genre super-héros, ce film est le petit renouveau frais et sympathique qu’il se targue d’être, ENJOY 🙂

En bref

Deadpool

De : Tim Miller

Avec : Ryan Reynolds, Morenna Baccarin, Ed Skrein…

Sortie le 10/02/2016

Action, comédie, Super-Héros

Précommandable en Blu-Ray pour le 15/06/2016

Publicités

31 réflexions sur “[Cinéma] Deadpool

  1. Une avant première, tu te fais plaisir !
    Mon fils ira dans le week-end.

    J'aime

  2. Super critique 😉 Qui me donne bien envie d’aller le voir alors que je m’étais presque convaincu d’attendre sa sortie blu-ray ^^ Mais là impossible de le rater ! Dommage pour l’IMAX que je peux as aller voir vu qu’ils le passent que en VF, mais bon tu es allé le voir en normal et apparemment c’est déjà énorme 😀

    Je m’incruste dans la conversation :
    « Les joies de ne pas êtres dans les très grandes villes »
    Euh à Paris je peux te confirmer que aucune avant -première n’est plus cher qu’une séance normale, surtout pour les « fausses avant-premières » (à comprendre juste une séance la veille mais sans acteurs etc..) Perso mes séance me coûtent toujours à peu près 6€ quand j’ai pas de suppléments à payer 😉

    J'aime

  3. Je viens justement de me regarder la BA du film (en VO), ce personnage me plaît carrément !
    J’hésite à aller le voir, car moi qui suis une psychopathe de la VO, ça me fait chier d’aller au ciné pour voir des films en VF, si tant est qu’ils soient bien doublés… Le seul ciné de ma ville qui passe de la VO c’est celui d’art et essai, et rarement des blockbuster, l’autre cinoche bah VF quoi.
    Mais sans déc il a l’air trop terrible ce film (et je riais grassement aux vannes de la BA…), alors ptet que la semaine pro j’irais me payer une séance malgré tout

    Aimé par 1 personne

  4. A propos du doublage : il faut absolument le voir en version originale ! (Quoique la version française n’écorche pas tant nos oreilles que cela.)

    La durée de film n’est pas choquante : si le film aurait été plus long, il aurait été difficile d’y voir un autre contenu. (Au moins, même si le récit est linéaire et ponctué de retours dans le passé pour respirer un peu, l’histoire ne part dans tous les sens.) Avec les comics Deadpool, dernièrement, on pouvait le voir en tête en tête avec des grands auteurs littéraire tandis que le jeu vidéo l’emmène vraiment n’importe où dans l’univers Marvel.

    Autre aspect sur lequel je chipoterai : Deadpool est plus grossier que vulgaire. Cela va de pair avec l’intelligence (Certes cachée.) du personnage : il sait qu’il y a un spectateur, il est le premier à savoir qu’il est ridicule.

    Quant à l’histoire d’amour … Le comics nous a habitué à un amour charnel très visible dans les premiers temps. La fin par contre est clairement décevante. L’attirance physique reste toujours sa priorité tandis que pour la bonne morale, le physique ne devient plus l’attrait de Vanessa. Pure fin Hollywoodienne de téléfilm. 😥

    Aimé par 1 personne

    • Je le verrai en VOST à sa sortie en Blu-Ray.
      Comme tu le soulignes dans ton article, le film – hors flashback – ne comporte finalement quasiment que 2 scènes… Avec un peu d’effort il aurait pu être allongé sans partir dans tous les sens… Mais ca n’enlève rien à sa qualité en l’état.

      Pour la grossièreté certes, mais, comme tu le dis, ça va effectivement avec le fait qu’il ai conscience de se mettre en scènes.

      Pour les comics, je n’en ai pas lu énormément, et je ne connaissais pas vraiment son histoire d’amour.

      Ayant « Deadpool massacre Marvel » il faut que je me procure « massacre les classiques » et « massacre Deadpool ». « Il faut sauver le soldat Wilson » et les « fear itself » me tentent bien également.
      Apres mon principal problème avec les Deadpool est que j’aime le personnage et l’univers, mais pas du tout le dessin d’une bonne partie des planches…

      Ouais Vanessa qui s’assagit tandis que lui reste obsédé, c’est le côté « sainte nitouche » américain… Ça aurait pu être pire 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Avec Marvel Studios, il est certain que ça aurait pu être pire. Généralement, peu de spectateurs s’en souviennent, (Et la promo’ de Deadpool souhaitait vraiment faire table rase du passé du personnage à l’écran visiblement.) mais Wolverine : Origins sacrifiait déjà Deadpool en lui enlevant son pouvoir charismatique n°1 : sa parole. (Il est muet et n’a rien d’un clown si mes souvenirs sont bons … 😥 )

        Vivement la sortie DVD – Blu-Ray pour une éventuelle version longue ! 🙂

        J'aime

        • Deadpool (ce film) tacle d’ailleurs sa propre apparition dans Wolverine : une figurine de l’arme XI (Deadpool apres transformation) est montrée à l’écran.
          Je ne sais plus s’il fait le clown avant sa « transformation », mais en tout cas, pas après.

          Pas de version longue de prévue apparemment, mais une version encore moins censurée, notamment sur les dialogues, est déjà confirmée.

          Aimé par 1 personne

  5. […] l’écurie DC, Suicide Squad mise sur la carte anti-héros en tentant de surfer sur l’excellent Deadpool. A trop vouloir rattraper Marvel, la Distinguée Concurrence n’en fait-elle pas […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s